Trouver un dentiste, un médecin ou un prof de gym qui comprenne la langue des signes n’est pas chose aisée. Une association a imaginé regrouper ces professionnels sur un site Internet.

L’idée peut paraître toute bête, et pourtant. Jusqu’ici, personne ne s’était mis à l’œuvre pour créer un annuaire en vidéo qui permette aux personnes sourdes de trouver un professionnel dijonnais – pharmacien, opticien, moniteur d’auto-école… – maîtrisant la langue des signes.

Le français, une langue étrangère

 

s&c

Ce sera bientôt chose faite, puisque les premières images sont actuellement en tournage. Elles seront prochainement en ligne sur le site de l’association Tes signes, mes compétences.

« Le projet est ancien. Il est venu de trois barjos, dont je fais partie, qui ont appris la langue des signes il y a dix ans », raconte le docteur Frédéric Milesi, installé à Fontaine-lès-Dijon. « Trois professionnels de santé qui se sont alors dits : qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Nous avons créé Tes signes, mes compétences, une association de personnes entendantes sensibilisées à la ­surdité. »

De là est né le Réseau sourds et santé Bourgogne (RSSB), un réseau de soins qui fonctionne depuis plus d’un an. « Nous avons une secrétaire bilingue. Les personnes sourdes appellent en visiocommunication et elle les oriente vers un professionnel de santé maîtrisant la langue des signes », explique le docteur Milesi. Sur le site Internet du RSSB, quelque 75 vidéos ont déjà fait plus de 13 000 clics ! « L’idée, à présent, c’est de revenir à notre premier projet qui était un annuaire en vidéo », poursuit Frédéric Milesi, « seul médecin de Bourgogne à parler la langue des signes ». Autrement dit, regrouper sur un même site Internet des professionnels de tout bord, et non plus seulement des professionnels de santé.

Car contrairement à ce qu’on pourrait penser, la Toile est loin d’être un terrain conquis pour les personnes sourdes, qui ont souvent bien du mal à s’y retrouver. « Nous avons fait une étude locale sur Dijon, avec 70 personnes interrogées entre novembre et janvier. Près de 80 % des sourds ne lisent pas le français, ne sont pas autonomes dans la communication. Pour eux, c’est une langue étrangère ! Car la langue des signes se construit de manière très différente », souligne le docteur Milesi. D’où l’importance de proposer des outils adaptés.

SOURCE DU BIEN PUBLIC DU 21/02/2013 ICI

Catégorie:

VIDEOS

Mots-clefs:

, , , ,

Les commentaires ne sont pas autorisés.